Traitement

Publié le par kanou

 

Bonjour, 

Aujourd’hui je vais parler du traitement que je vais avoir. Ça risque d'être un peu ennuyeux pour vous, si vous n'êtes pas concerné. Mais si vous êtes atteins d'un cancer, ça peut vous intéresser.

Sinon, lisez en diagonale, sans rentrer dans les détails.

 

11 SEPTEMBRE

Suite au changement de RDV, j’ai du reporter mon RDV chez le dentiste et Hervé a du prendre sa journée pour m’accompagner. Pas toujours simple ces changements de dernière minute !!! 

RDV avec le DR DAUPLAT : Il nous annonce d’entrée le protocole : chimio / radiothérapie / hormonothérapie.

On reste un peu sur le cul ! (pardonnez-moi l'expression). On ne s’attendait pas à tout ça ! Au départ, j’étais sensé avoir une petite tumeur pas grave qui allait vite se soigner….

Donc, on apprend que ma chaine ganglionnaire n’est pas touchée, ce qui est une bonne nouvelle puisque je n’aurai pas besoin d’une deuxième opération.

Mais le gène HER2 est positif : Le gène HER2 contrôle la production d’une protéine située à la surface des cellules du sein qui favorise la croissance. Chaque cellule saine du sein contient deux copies du gène HER2. Il arrive parfois qu'il y ait trop de copies dans une cellule, soit l’amplification, ce qui engendre la surproduction de la protéine HER2. On parle alors de surexpression de la HER2. Les tumeurs HER2 positives sont plus agressives et tendent à se développer et à se propager plus rapidement que les tumeurs qui produisent la HER2 en quantité normale. Elles sont souvent associées à un plus haut grade. Si les cellules cancéreuses du sein sont HER2 positives, on pourra offrir un traitement au trastuzumab (Herceptin). Ce médicament est spécialement conçu pour se fixer aux protéines HER2 en excès et faire cesser la croissance du cancer.

 

Voilà, ce que je redoutais arrivait : j’allais avoir de la chimio, le traitement allait être long, fatiguant… j’allais perdre mes cheveux…. Je ne peux même pas décrire ce que je ressens à ce moment là.... je me sens "vide". Mais, ce qui m'importe, c'est de ne pas trop inquiéter mon entourage, je dois donner le change.

 

17 SEPTEMBRE :

9H00 : RDV avec le DR DUBRAY, Oncologue. Elle m’explique tout ce qu’il va se passer.

*Protocole FEC : Il s’agit d’un traitement standard du cancer du sein. Il associe 3 médicaments, le 5-fluorouracile

(F de l’acronyme FEC), l’épirubicine (E du FEC) et le cyclophosphamide (C du FEC) dont les doses sont adaptées à votre surface corporelle (calculée selon votre poids et votre taille), et susceptibles d’être modifiées d'un cycle à l'autre. Ce traitement s'administre en perfusion intraveineuse, en cure de 2 heures environ et se répète toutes les 3 semaines, (à raison de 3 cures pour moi). Le traitement débute par le branchement d'une perfusion d'hydratation avec administration de médicaments contre les vomissements, médicaments qui complètent ce qui vous a été prescrit par voie orale avant la mise en traitement.

La chimiothérapie elle-même commence par l’injection de l'épirubicine, produit de couleur rouge qui peut colorer les urines pendant 1 ou 2 jours. L’épirubicine est administrée sous la surveillance stricte de l'infirmière dans une “poche“ de perfusion préparée en pharmacie. La durée de perfusion est de l’ordre de 20 minutes. Si vous ressentez des picotements ou une douleur lors de l'administration de ce produit au niveau du S.A.V.I. (ou de la veine en cas d’injection intraveineuse périphérique), il est important de le signaler à l'infirmière afin que les mesures nécessaires soient prises. Il se peut qu’il y ait un passage anormal du produit dans les tissus et non as dans la veine : c’est ce que l’on appelle une extravasation.

Le cyclophosphamide est ensuite administré en 20 minutes environ, suivi du 5-fluorouracile en 10 à 20 minutes. Un rinçage du cathéter intervient entre chaque produit.

La chimiothérapie quelle qu’elle soit, et le FEC en particulier, est destinée à prévenir ou à traiter la maladie cancéreuse. La cible de ce traitement est bien entendu la cellule cancéreuse. Cependant la chimiothérapie agit également sur les cellules saines et surtout sur celles qui se multiplient rapidement. C’est la raison pour laquelle les médicaments anticancéreux provoquent des effets dits "indésirables" ou secondaires. Ces effets indésirables doivent être prévenus par la prescription de traitements annexes ou traités activement s’ils deviennent plus préoccupants. Les doses des 3 médicaments composant le FEC peuvent également être réduites. Cette adaptation de la dose des médicaments de chimiothérapie permet le cas échéant d’améliorer la tolérance à la chimiothérapie. La nature et l’intensité de ces effets varient considérablement d’une personne à l’autre. Il est essentiel de signaler ces effets indésirables à votre médecin oncologue et à l’équipe de soins qui vous prend en charge afin que des traitements adaptés ou des conseils pratiques vous soient proposés.

 

3) Les principaux effets secondaires :

− L’alopécie (chute des cheveux)

La chimiothérapie et en particulier l’épirubicine entraîne une chute des cheveux et parfois des poils une dizaine de jours après le début du traitement. Cet effet est réversible. Les cheveux commencent à repousser trois à quatre semaines après l'arrêt de votre traitement au rythme d’un peu plus d’un centimètre par mois. Un casque réfrigérant peut parfois vous être proposé pendant la chimiothérapie pour éviter ou atténuer cette chute. Préférez les colorations avec des produits naturels plutôt qu’à base d’ammoniaque. Si les cheveux tombent, parlez-en à votre oncologue qui vous prescrira une prothèse capillaire. Le port d'une perruque peut être une alternative. Elle est en partie remboursée par la sécurité sociale. Demandez conseil aux infirmières, elles vous conseilleront sur la manière de vous la procurer. Un foulard, un turban peuvent être également des parures alternatives le temps de votre traitement

 

− La toxicité hématologique

Un bilan sanguin est régulièrement effectué afin de dépister une baisse des globules blancs (leuco-neutropénie), de l’hémoglobine (anémie) ou des plaquettes (thrombopénie). Selon les résultats, le rythme des séances de chimiothérapie pourra être modifié avec un report de séance. En cas de NEUTROPÉNIE (baisse des globules blancs dits polynucléaires neutrophiles), vous

- avoir de la fièvre,

- ressentir des frissons, des sueurs,

- ou une sensation de malaise général.

Ces symptômes peuvent être le signe d'une infection.

 

-L’arrêt des règles ou aménorrhée

Le FEC peut entraîner une disparition des règles pendant plusieurs mois. Souvent définitive aux environs de 48 ans, elle peut être réversible avant 40 ans. Il est indispensable de prévoir une contraception fiable non hormonale (pas de « pilule ») en l’absence de certitude de ménopause installée

 

− La toxicité cardiaque

L’épirubicine peut réduire la force de contraction du cœur (myocarde). Le risque augmente avec le cumul des doses, mais votre fonctionnement cardiaque sera surveillé. Une échographie cardiaque est réalisée avant de débuter la chimiothérapie. Cet examen apprécie la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) : une réduction notable de la FEVG peut amener votre oncologue à réduire la dose d’épirubicine ou à supprimer ce produit.

 

− La toxicité digestive

Des nausées et les vomissements peuvent apparaître pendant et après la chimiothérapie (quelques heures à quelques jours après). Ils sont prévenus à l’heure actuelle dans une grande majorité des cas par un (ou plusieurs) médicaments aujourd’hui très efficaces appelés antiémétiques. Certaines odeurs fortes (tabac, parfum, certains aliments), ou l'anxiété peuvent induire des nausées et vomissements. Le goût et l'odorat peuvent être modifiés momentanément par la chimiothérapie. Le 5-fluorouracile et l'épirubicine peuvent irriter la bouche en provoquant une “mucite“ qui apparaît quelques jours après la cure. Cette mucite peut être douloureuse et gêner votre alimentation. Des soins appropriés sont nécessaires. Le 5-fluorouracile est rarement responsable de diarrhée. A l’inverse, une constipation peut résulter des traitements anti-nauséeux.

 

− La toxicité génitale

Le cancer du sein, et la chirurgie qui s’y rapporte, modifient parfois l’image corporelle de la femme. La perte des cheveux, les bouffées de chaleur, les troubles du sommeil, la baisse de la cours de la chimiothérapie, modifient fréquemment le comportement de la femme vis-à-vis de sa sexualité. Ces répercussions sur la vie intime sont logiques. Il est important de pouvoir en parler.

Demandez conseil à l’équipe soignante sur les brochures d’informations disponibles à ce sujet, et sur les personnes capables de vous aider à retrouver votre équilibre (notamment la psychologue affectée au service). Il faut savoir surtout qu’une vie sexuelle normale est récupérable entièrement dans les mois qui suivent l’arrêt de la chimiothérapie.

 

Effets secondaires plus rares

− Mauvais goût des aliments (sensation de carton mâché, de limaille de fer). Il n’y a pas de traitement miraculeux, mais sucer des bonbons à la menthe peut aider.

 

− Baisse modérée transitoire de la vue, en particulier le soir. Il n’est donc pas conseillé de changer ses lunettes, car la fatigue des yeux va disparaître à la fin du traitement.

 

− la toxicité cutanée : le 5-fluorouracile peut sensibiliser votre peau au soleil. Votre traitement peut aussi entraîner une coloration de la peau et des ongles ou une desquamation (votre peau "pèle") au niveau des mains et des pieds. Toute réaction anormale au niveau de la peau (rougeur, démangeaisons, gonflement…) doit être signalée à votre médecin ou à l’oncologue lors des consultations qui précèdent les traitements.

 

− La toxicité pour les vaisseaux sanguins : le 5-fluorouracile peut entraîner des effets cardiaques (contractions au niveau des artères coronaires). C’est exceptionnel avec de protocole. Si vous présentez des difficultés à respirer, des douleurs dans la poitrine, prévenez immédiatement votre médecin. Dans tous les cas, une surveillance cardiaque sera pratiquée régulièrement pendant votre traitement.

 

− La toxicité vésicale du cyclophosphamide est exceptionnelle aux doses utilisées dans ce protocole. Elle peut se manifester sous la forme de douleurs en urinant avec parfois des saignements. Cette toxicité nécessite alors un traitement adapté. Il est important pour le FEC comme pour toute chimiothérapie d’assurer une bonne hydratation (boire beaucoup) en cours de traitement afin d’éviter l’irritation de la vessie ou des reins.

 

Ensuite viendra le :

*PROTOCOLE TAXOTERE : ce médicament sera administré 3x toutes les 3 semaines. Il sera administré en perfusion intraveineuse d’1 heure.

EFFET S secondaires éventuels :

• Alopécie (chute des cheveux) 

• Pigmentation des ongles (coloration jaune orange) et altération des ongles (décollement).

• Réactions cutanées au niveau des pieds et des mains.

• Rétention d’eau dans les bras et les jambes.

• Douleurs musculaires et articulaires.

• Signes d’infection : fièvre, frissons, toux, maux de gorge, liés à la diminution du nombre de globules blancs dans le sang.

 

En même temps, débutera

 

*le protocole herceptin : toutes les 3 semaines pendant un an.

Herceptin est indiqué dans le traitement du cancer du sein métastatique HER2 positif. La dose de charge de Herceptin doit être administrée en perfusion intraveineuse de 90 minutes. Les patients doivent être surveillés pendant au moins six heures après le début de la première perfusion et pendant deux heures après le début des perfusions suivantes pour des symptômes tels que fièvre, frissons, ou autres symptômes liés à la perfusion. Les réactions indésirables les plus graves et/ou les plus fréquentes rapportées à ce jour avec l'utilisation de Herceptin sont : une cardiotoxicité, des réactions liées à la perfusion, une hématotoxicité (en particulier une neutropénie) et des évènements indésirables pulmonaires. Fièvre, frissons, démangeaisons, fatigue, migraine, baisse de tension. Douleurs articulaires et musculaires.

 

Puis, suivra la radiothérapie tous les jours de semaine pendant 35 séances.

La radiothérapie utilise des rayonnements ionisants pour détruire les cellules cancéreuses en les empêchant de se multiplier. Elle consiste à diriger précisément ces rayonnements (appelés aussi rayons ou radiations) sur la zone à traiter, tout en préservant le mieux possible les tissus sains et les organes avoisinants, dits organes à risque.

 

Ensuite, j’aurai droit à l’hormonothérapie (un cachet à prendre pendant 5 ans) :

Certaines tumeurs du sein ont pour caractéristique d'être hormonosensibles, ce qui signifie que les hormones féminines (œstrogènes, progestérone), naturellement produites par l'organisme, stimulent leur croissance. L'hormonothérapie est un traitement qui consiste à empêcher l'action stimulante des hormones féminines sur les cellules cancéreuses. Elle a pour objectifs de réduire le risque de récidive locale dans le sein opéré, de diminuer le risque d'atteinte au niveau de l'autre sein, de diminuer le risque d'avoir une évolution générale sous forme d'une métastase à distance. Les effets secondaires peuvent se manifester en tout temps au cours de l’hormonothérapie, tout de suite après ou seulement quelques jours ou semaines plus tard. Il arrive parfois que les effets secondaires s'atténuent au fur et à mesure que le corps s'adapte à l'hormonothérapie. La plupart disparaissent une fois qu'on cesse de prendre le médicament hormonal (cela dépend de la durée du traitement et d'autres facteurs). Cependant, certains effets secondaires persistent après la fin du traitement. Il est possible que des effets tardifs se manifestent des mois voire des années après l'hormonothérapie. Certains effets peuvent durer un long moment ou être permanents.

 Les diverses hormonothérapies engendrent différents effets secondaires. Les effets qui suivent sont ceux que les personnes sont le plus susceptibles d’expérimenter au cours d’une hormonothérapie. Certaines personnes pourront éprouver tous les effets secondaires, alors que d’autres n’en ressentiront que quelques-uns ou même pas du tout. D’autres personnes encore éprouveront des effets secondaires différents.

Nausées et vomissements,

Enflure ou gain de poids

Diminution de l'intérêt envers le sexe

Bouffées de chaleur

Ménopause provoquée par le traitement

Enflure ou sensibilité des seins

Dysfonctionnement érectile

Réaction de flambée tumorale

Troubles de la fertilité

Diarrhée

Fatigue

Douleur musculaire ou articulaire

Caillots sanguins

Perte de densité osseuse (ostéoporose)

 

Avec le chirurgien, je n’avais pas capté le protocole herceptin. Maintenant, je me rends vraiment compte de la longueur et la dureté du traitement !!!!

 

A 13H10, j’ai une consultation anesthésie et à 13H50, une scintigraphie cardiaque afin de savoir si mon cœur supportera bien le traitement.

 

Rien que d'écrire à nouveau tout ça, ça me bouleverse. C'est tellement lourd comme traitement. Tout ça pour une petite tumeur de 1cm à la base ! Tout s'enchaine, je vais d'un examen à un autre. Je vais d'un médecin à un autre.... mais tout ça me semble tellement irréel.... inhumain.... j'ai presque l'impression de vivre ça de l'extérieur, comme si je n'étais pas concerné....

Me voilà embarquée dans une aventure médicale durant laquelle l'humain est mis de coté. Dès le début je le ressens.

 

J’espère ne pas trop vous avoir  ennuyé par ce récit purement médical. 

 

La prochaine fois, je parlerai de ma première grande épreuve : ma première coupe de cheveux.

Publié dans mon cancer

Commenter cet article

Luna Freezete 23/02/2017 13:50

Bonjour
11 septembre 2015 ... comme moi. 1cm ... comme moi même protocole ... j'ai eu l'impression de lire mon aventure ! Merci de l'avoir décrite aussi simplement. J'insiste sur le fait que l'entourage est très très important. J'ai réussi à intégrer dès le premier jour ce qui m'arrivait et je suis fière de moi car sincèrement çela m'a bcp aidée. J'ai fait tout ce qu'on m'a demandé et prescrit . Une équipe médicale du tonnerre ! que je ne cesse d'aller remercier. Voilà ! merci à vous et bonne continuation.

Montesque 26/11/2015 08:31

Dr Okojie Herbal Centre m'a guéri du cancer du poumon à petites cellules avec des mélanges à base de plantes i acheté de lui, je suis passé par chimiothérapie et la radiothérapie, sans aucune solution.
Contactez-le pour obtenir votre propre remède à base de plantes pour tout type de cancer drokojieherbalhome@gmail.com

NATH 15/02/2015 11:05

OUPS !!! je me suis reconnue dans votre histoire, (et j'ai aussi reconnu mon fils âgé de 11 à l'époque), moi c'était il y a 3 ans, oui cela fait fuir.....le problème c'est qu'elles ne reviennent pas après les traitements les copines !! Alors que l'on a besoin de beaucoup de soutien. Bon courage à vous, et continuez, c'est bien d'en parler !! C'est la VIE !! à bientôt.

kanou 15/02/2015 12:20

merci de votre soutien.

miss bulles 29/01/2015 15:23

une belle initiative que tu as là , je ne suis pas mal à l'aise mais peut être parce que j'ai accompagné un de nos amis jusqu'à la fin , pendant 6 mois auprès de lui , les examens , les effets , les peurs et j'en passe.Tu transmets beaucoup d'espoir , continues dans cet esprit , toutes mes pensés +++++ t'accompagnent .

kanou 29/01/2015 17:10

Merci la miss et gros bisous.

bocquet 29/01/2015 11:46

je me retrouve dans vos ecrits un grand merci

kanou 29/01/2015 12:05

c'est le but de ce blog, j'espère aider des gens. Merci à vous.

bourrand 28/01/2015 21:42

Oh non pas ennuyé ce récit est très intéressant mais honnêtement mais mal à l aise car on est tous ignorant lorsqu'on n est pas concerné. On se fait une vague idée des traitements de l hôpital. ...mais cela remet les pendules à l heure de lire de telles lignes.on ne peut que rester humble et mettre ses petits soucis de côté. Merci

kanou 29/01/2015 11:23

Oui, c'est un peu ce que je craignais véronique. J'ai remarqué parmi mes amies que à partir du moment ou j'ai commencé à parler de mes traitements et des effets secondaires, ça a beaucoup gêné. Et j'ai même sentie de l'éloignement parmi certaines... j'ai compris que cette maladie faisait très peur et que les gens préféraient l'ignorer. Mais moi, je veux en parler, faire comprendre que tout le monde est concerné et qu'il faut agir en amont pour éviter dans la mesure du possible que le cancer nous atteigne ! D'ailleurs, je pense que je vais faire un article sur ce sujet.